CHANTER POUR APPRENDRE LE FRANÇAIS

Ce texte raconte une expérience de musicothérapie « sociale » auprès de femmes migrantes apprenant le français. Elles ont bénéficié de sept séances autour de la voix et du chant pendant leurs cours habituels au sein du S.A.M.A. dans les locaux de la C.A.F..

Pourquoi chanter ?

Chanter pour se détendre, accepter de poser son sac et son manteau, s’étirer et peut-être rigoler là où on ne s’y attend pas.

Chanter pour partager un moment convivial, chanter sa langue, chanter la langue de l’autre.

Chanter pour prononcer les sons difficiles tels que U pour l’Arabe, J pour le Cambodgien et autres ON, EN, IN, é, è, I ou A.

Chanter pour s’imprégner des mots, les décortiquer, les ralentir ou les accélérer au rythme du tempo.

Chanter pour s’intégrer dans une culture, gamme de do (do, ré, mi, fa, sol, la, si) ou frère Jacques, c’est déjà une référence à la musique classique Européenne qui peut prêter à quelques accordages, nécessité d’écoute et d’entente.

Chanter pour laisser une trace de son passage et partager avec les familles grâce à l’enregistrement.

Christèle Houlmann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *