MUSICOTHÉRAPIE ET DÉPRESSION

Musicothérapie et dépression

Par Christèle HOULMANN

Musicothérapeute, Psychologue, Sophrologue et Psychothérapeute

La dépression est une pathologie qui manifeste des symptômes :

  • psychiques (tristesse, culpabilité, découragement, perte du plaisir, perte d’intérêt jusqu’au risque suicidaire …),

  • physiques (perte d’appétit, perte de sommeil)

  • cognitifs (perte de la mémoire, trouble de l’attention, ralentissement psychomoteur).

Cette maladie peut arriver à n’importe quel âge de la vie. Elle concerne les hommes et les femmes. Elle peut être liée à une perte immédiate et associée à un travail de deuil ou un état plus installé tel que la mélancolie. Les conséquences se ressentent dans tous les aspects de vies (travail, domicile, relationnel…).

Après un diagnostic médical, le traitement se fait par psychotropes et psychothérapie.

La musicothérapie peut être intégrée en complément d’une prise en charge globale de la dépression. La musicothérapie est alors considérée comme une thérapie psychocorporelle complète car elle va pouvoir agir à la fois sur le psychisme, le corps et le cognitif.

Dans le cadre de la prise en charge de la dépression, la musicothérapie pourra être utilisée sous toutes ses formes.

Il n’existe pas de musique ayant une action à proprement parler sur la dépression. Chacun est unique et a un rapport particulier à la musique. Un même morceau entendu ne provoquera pas les mêmes effets. Certain seront détendus, d’autres mal à l’aise. L’important est de pouvoir l’exprimer. Un même morceau entendu dans un autre contexte ne provoquera pas le même ressenti pour soi-même.

  • L’écoute musicale pourra être un support à la détente et la relaxation. Les professionnels l’appellent « relaxation psychomusicale » ou « bande en U ».

    L’écoute musicale pourra aussi être un support à la parole et la verbalisation du ressenti voire l’émergence d’éléments inconscients refoulés. A ce moment-là il est important de pouvoir reprendre avec un psychologue, psychothérapeute ou psychiatre ce qui aura émergé. Lors d’une séance le musicothérapeute peut inviter les patients à : « écouter ce morceau de musique et accueillir les souvenirs, les images, les émotions ou la détente ».

  • La production musicale sous forme de communication, improvisation, création permettra quant à elle de pouvoir faire émerger les émotions telles que la tristesse, la peur ou la colère mais aussi la sérénité ou l’apaisement. Ces séances plutôt en groupe permettront à chacun de déposer et partager le ressenti.

  • Enfin le chant en groupe permettrait de renouer avec son corps par la respiration, l’ancrage, la vibration des sons. Le chant sollicite la concentration et la mémoire. Le chant permet l’écoute de soi et de l’autre. Le chant permet de solliciter son espace créatif.

A la fin des séances il est souvent dit « déjà ! », « j’ai oublié mes soucis », « je ne savais pas que j’étais capable de… », « c’est agréable de chanter avec les autres ».

La musicothérapie aide ainsi à rebrancher les fils du plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *